Editorial !

11 mai 2020,
cet édito vient en écho à celui mis en ligne le 24 mars qui mettait en exergue des mots puissants comme isolement, insécurité, crainte ou peur en ce temps de pandémie.  Ceux-ci venaient illustrer la décision de confinement généralisé qui entrainait la quasi-fermeture de notre Centre et  l’interruption de ses activités. En même temps, pour notre maison des solidarités comme pour chacun de ses usagers s’exprimait le choix de dominer ces sentiments. S’écrivait alors la volonté collective de traverser cette épreuve avec  intelligence, esprit critique et foi.

 Aujourd’hui s’annonce une sortie progressive de cet état. Heureux de recevoir les demandes de réouvertures des locaux et de reprises mesurées de pratiques collectives, nous avons décidé de proposer dès ce lundi  des possibilités d’usage du Centre. Avec  les compétences d’Alice Vallentin un protocole joint en annexe, a été élaboré au secrétariat tenant compte des mesures gouvernementales, des retours des usagers interrogés ces derniers jours et des exigences  spécifiques aux locaux. Validé par le bureau de l’ACOC, son application doit permettre un retour progressif et mesuré des activités. Nous croyons sincèrement à l’engagement  ferme pris par chaque entité de suivre à son retour l’intégralité des mesures ainsi élaborées. Il est aussi nécessaire que chacun se sente personnellement responsable des actes ainsi  posés.

Cependant la reprise de l’activité au Centre reste un choix à risque qui peut être remis en cause en fonction aussi bien de pratiques inadaptées que d’obligations extérieures.

Attentifs à la bonne application des règles partagées, le bureau sera attentif à les adapter ou les faire évoluer en fonction des évolutions  des pratiques et des besoins, le secrétariat restant disponible à trouver dans la mesure du possible les solutions adaptées à toutes les demandes  acceptables en l’état.

Les semaines qui s’annoncent seront difficiles à traverser pour tous. En particulier pour nombre de structures qui cohabitent à Magnanen, fragilisées par cette interruption de deux mois. Nous ferons le mieux pour les accompagner.

Restons conscients des risques que nous courons ou faisons courir et restons solidaires ensemble.

 


Dominique SEMONT

Président