Action de grâce par Bernard Taïani, DEMAF

31 S’adressant aux foules,Jésus leur proposa une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et qu’il a semée dans son champ.

32 C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel viennent et font leurs nids dans ses branches. »

Mt 13, 31-32

Nous avons entendu ce court extrait d’une parabole sur le royaume des cieux, donnée par Jésus à ses disciples dans l’évangile selon St Matthieu.

Une parabole, autrement dit une manière imagée de dire les choses. 
« le royaume des cieux est comparable à … »

Le royaume des cieux nous avons l’habitude de dire qu’il est déjà là, et pourtant pas encore pleinement. Car nous participons à sa construction, à sa venue. Nous y participons par chaque acte bon, chaque acte d’amour que nous posons. Ce sont autant de grains semés, qui ne demandent qu’à faire grandir l’arbre et à porter du fruit.

Ainsi ce centre Magnanen, que je préfère appeler cette « maison » la « maison des œuvres catholiques », est appelée à être une parcelle du royaume, à être un peu de cet arbre dont il est question dans l’évangile.

Le psaume 1 nous parle d’un « arbre planté près du ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ». Un arbre a des racines, qui doivent puiser l’eau à la source, et pour les chrétiens cette source c’est le Christ, Parole éternelle du Père, qui nous est transmise par l’évangile. La « maison Magnanen », ou plus précisément l’association qui la fait vivre, ne doit jamais perdre de vue ce qui constitue sa sève !

Un arbre c’est un tronc, qui grandit, qui grossit, et qui transmet la sève aux branches. Une mission de transmission, telle est aussi la mission de votre association, c’est ce que l’Église appellela tradition: La tradition c’est la transmission de ce qu’on a reçu. Non pas dans le sens qu’on peut entendre aujourd’hui d’un attachement passéiste, mais il s’agit de puiser dans les richesses de ce que nous avons reçu, de ce que d’autres ont construit, pour nous tourner vers un avenir toujours nouveau, et toujours à construire.

Un arbre ce sont des branches et des feuilles. L’arbre vit grâce à ses racines, mais aussi grâce à ses feuilles tournées vers la lumière, et pour nous chrétiens, la lumière c’est aussi le Christ, la lumière du monde.

Mais ces branches et ces feuilles sont aussi le symbole de l’ouverture et de l’accueil, là où les oiseaux peuvent venir faire leurs nids. La maison Magnanen est aussi ce lieu qui peut être un abri pour un temps de repos, de croissance, cependant pas pour s’installer dans un doux ronronnement ou un entre-soi confortable, mais pour prendre son envol.

L’arbre c’est aussi, ne l’oublions pas, le bois de la croix, qui porte nos peines, nos souffrances, nos échecs, pour les transfigurer… Nous ne sommes pas dans un monde parfait, idyllique, nous nous heurtons aux peines du monde, des plus démunis, des rejetés, des sans voix… Sur la croix le Christ ouvre les bras en signe d’ouverture, d’accueil, c’est cela aussi notre mission « catholique », même si elle doit parfois nous causer des souffrances, le don de nos vies, de mourir toujours un peu plus à nous même… Pour mieux nous donner aux autres.

Voilà ce que je voulais vous transmettre, à partir de ce texte que vous avez choisi. 

Mais ma présence parmi vous comme délégué épiscopal souligne aussi votre enracinement dans la maison Eglise, dont l’évêque du lieu est le responsable local, de même qu’il est le seul représentant civil et juridique des œuvres catholiques, m’a-t-il demandé de rappeler.

Il m’a aussi chargé de vous assurer de sa prière à toutes vos intentions, dans la lumière de l’Esprit Saint.