Portrait de Bernard Taïani

15 mars 2018 Non Par Jean-Claude

Bernard Taïani a été appelé et ordonné diacre permanent par Monseigneur Jean-Pierre Cattenoz en 2004. Ses missions lui sont confiées par l’Evêque au service de la Charité, de la Parole et de la Liturgie. Il y a 23 diacres permanents dans le Diocèse d’Avignon, ils sont 2 625 en France.

On ne devient pas diacre du jour au lendemain. Après divers engagements dans sa paroisse, il a animé la pastorale familiale puis a assuré pendant six ans avec son épouse la responsabilité de Délégué épiscopal à la pastorale familiale pour le Diocèse.  Il aura suivi deux ans de discernement, puis 6 ans de formation avant d’être ordonné.

Depuis septembre dernier il est nommé Délégué épiscopal aux mouvements et associations de fidèles (DEMAF) à la suite du père Gabriel Picard d’Estelan. A ce titre il devient membre de droit du conseil d’administration de l’ACOC et découvre le Centre Magnanen « J’ai trouvé ici une maison vivante, accueillante, riche. »

Bernard Taïani est un homme mesuré, humble, soucieux de trouver le mot juste, et de reconnaître la place de chaque personne et de chaque structure. Il exerce au mieux sa nouvelle mission grâce au temps libre que lui laisse une récente retraite de la SNCF mais aussi avec l’aide de son épouse qui, en retrait, le soutient avec patience.

Comment envisagez-vous votre mission auprès des mouvements et des associations ?

C’est d’abord créer du lien, faciliter la communication mais aussi développer leur sentiment d’appartenance à un ensemble commun, l’Eglise, même si on constate des approches différentes.

C’est aussi s’ouvrir aux autres, voir ce qui se passe ailleurs, prendre conscience que, malgré les différentes missions, on a le même témoignage à donner. C’est enfin rappeler à tous leur mission.  Famille, solidarité, engagement, témoignage, en sont les bases.

On a parfois tendance à opposer ou distinguer l’action caritative, que je préfère appeler « l’option préférentielle pour les pauvres » selon les termes de St Jean-Paul II, et l’annonce de la Bonne Nouvelle. Pour moi, c’est important de dire que c’est lié. Le Seigneur nous envoie « Proclamer le règne de Dieu et faire des guérisons ». (Lc 9,2). Annoncer la Bonne nouvelle et prendre soin.

J’aimerais amener les mouvements à changer de regard sur ce que les autres font et s’ouvrir à la diversité. Les pauvretés sont de tous ordres (matériel, spirituel, santé…) et appellent à des élans communs.

Je suis moi-même engagé dans l’association Habitat & Humanisme, et dans ma démarche de foi, j’ai pu rencontrer nombre de personnes en situation difficile à qui on peut apporter accueil et fraternité.
Plus particulièrement, je vois ma mission de DEMAF auprès de l’ACOC et du Centre Magnanen pour permettre de créer du lien avec et entre les mouvements, associations et services qui sont présents, marquer l’attachement et l’importance que porte le diocèse à l’ACOC.

Outre mes missions diaconales, j’essaie de garder du temps pour ma famille, et un peu de temps pour moi ; car si on est diacre tout le temps, pour bien donner il faut aussi apprendre à recevoir, et ce n’est pas forcément le plus facile !

Bernard Taïani organise la journée des Mouvements et Associations de Fidèles qui aura lieu le 18 mars prochain à Carpentras. Toutes les informations et inscription sur :

https://www.diocese-avignon.fr/Journee-diocesaine-des-Mouvements-et-Associations-de.html